Marc HANNIET

Enfant, Marc HANNIET n’a qu’ un livre chez lui : un ouvrage de Vincent VAN GOGH qui appartient à sa mère et auquel il tient beaucoup. Il le feuillette sans cesse et se passionne pour un tableau qui représente une roulotte des gens du voyage…

A l’âge de dix ans, il visite le Musée du Jeu de Paume à Paris qui abrite alors les collections impressionnistes ( aujourd’hui au Musée d’ Orsay)…
A partir de ce moment, il n’a plus qu’une ambition : créer à son tour.

Autodidacte, il réalise des paysages et des natures mortes à la peinture à l’ huile.
Il lit avec attention de nombreux ouvrages sur la technique picturale pour en appréhender les difficultés.
Il réalise un certain nombre de copies de maîtres du XIX ème siècle, notamment de Jean-Baptiste COROT et d’ Edouard MANET pour maîtriser les aspects techniques du métier d’ artiste.

Dans un premier temps, il se consacre au paysage en travaillant sur le motif, en plein air, dans la veine impressionniste. Puis plus tard, il prend l’ habitude de réaliser des croquis pour s’en servir de retour à l’ atelier.

Dans sa seconde période, Marc HANNIET explore les possiblités de l’encre de Chine noire sur une feuille blanche. Cette expérience déclenche en lui un désir de peindre non pas ce qui se voit mais ce qui se ressent.
Sa technique doit beaucoup à l’ Orient au niveau du geste et de la mise en page.
Le geste devient important : c’ est lui qui définit la trace .
Depuis 2015, sa production d’encres s’ est intensifiée.
A partir d’une idée, viennent les croquis puis les dessins qui précèdent la série d’ encre qui sera réalisée en quelques semaines.
ll y a les jours de réussite et les autres ! Il faut savoir patienter…

Ses sujets prennent racine dans la culture occidentale.
La représentation de la femme, récurrente, domine sa production. Elle incarne tout aussi bien la liberté, la sensualité que la musique.
Avant de peindre, s’il joue du piano ou de la guitare, Marc HANNIET ressent alors une irrésistible envie de concrétiser cette joie qui l’envahit.